Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 08:19
Fontaine aux poissons, place des Jacobins
Bibi, artiste-concepteur























Voir l'histoire de la fête des lumières ici.

Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Périples France
commenter cet article
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 08:41
La visite des rois - Cathédrale Saint Jean
Patrice Warrener


Voir l'histoire de la fête des lumières ici.
Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Périples France
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 20:29

S'il n'est pas rare de repérer un poisson-scorpion, il n'en est pas de même du très discret poisson-pierre.


Poisson réputé pour être un des plus dangereux de la planète, synanceia verrucosa (du grec syn = ensemble ; anceia de agkos = tordu ; et verrucosa du latin varix  = varices), l'horrible poisson-pierre vit entre -0,5 et -50 mètres de profondeur sur des sols détritiques.


Grâce à son excellent camouflage qui peut aller de blanc à violet ou rouge suivant l'endroit où il se trouve  (un mucus sécrété par sa peau retient les débris coralliens en suspension), le poisson pierre encore appelé "poisson 24 heures" est pratiquement invisible.

Pourvu de treize grosses épines dorsales reliées à une glande venimeuses, la piqûre provoque une douleur très vive puis s'ensuivent des troubles cardio-vasculaires, respiratoires et/ou neurologiques pouvant aboutir à la mort !


Maître dans l'art du camouflage, capable de rester immobile plusieurs jours, le poisson pierre est aussi un redoutable prédateur qui peut engloutir en un vingtième de seconde tous les poissons et crustacés qui s'aventurent à proximité de sa gueule !






Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées Etranger
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 06:17
Réponse ici
Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées Etranger
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 07:05












Alors que le homard change de carapace lorsqu'elle se révèle trop petite et que le Bernard l'Hermite se sépare de son coquillage devenu trop petit en grandissant, certains poissons marquent le passage à l'age adulte en changeant de couleur. C'est le cas de Pomacanthus impérator (du grec Poma couvercle, opercule ; acanthus du grec akantha = épine et du latin imperator = empereur), le poisson  ange empereur.


Poisson des récifs coralliens, le poisson ange empereur évolue de la surface jusqu'à 70 mètres de profondeur. Adulte, il se caractérise par sa robe jaune rayée de bleu. Juvénile, il est bleu foncé, presque noir avec des cercles concentriques blancs et possède une bande d'un blanc éclatant sur la nageoire dorsale.

Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées Etranger
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 06:02

Mis en vedette dans le dessin animé « Némo » de Wald Disney, le poisson clown, vit en symbiose* avec certaines anémones.

Pour les animaux marins, les tentacules des anémones sont dangereuses car elles sont couvertes d’aiguilles urticantes qui peuvent provoquer leur mort.

Le poisson clown, quant à lui, vit au contact de l’anémone. Il se protège en se frottant régulièrement contre le pied de l’anémone, enduisant ainsi ses écailles du mucus de celle-ci qui inhibe le venin. S’il s’éloigne trop longtemps de l’anémone, son immunité disparait et il devient alors une proie pour l’anémone.

La symbiose entre l’anémone et le poisson clown est parfaite : l’anémone protège le poisson clown mais aussi sa ponte des prédateurs et profite des reliefs de ses repas et le poisson clown défend avec acharnement son anémone des poissons et parasites qui s’attaquent à ses tentacules.

Chez le poisson clown, c’est madame qui est au sommet de la hiérarchie et c’est monsieur qui garde la ponte. Lorsque la femelle dominante disparait, le mâle dominant devient femelle.


* Pour certains biologistes, anémone et poisson-clown ne vivent pas en symbiose mais en commensalisme voire en mutualisme. Pour moi, c’est une symbiose, les deux tirant profit l’un de l’autre !

Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées Etranger
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 03:25
Coscinasterias tenuispina (du latin sinus = sinuosité, astéria = étoile , spina = épines, tenuis = mince) ou étoile de mer épineuse ou étoile de mer bleue est un échinoderme issu des mer tropicales mais que l'on trouve très fréquemment en Méditerranée (certainement importée accidentellement par l'homme).

L'étoile de mer épineuse se caractérise par son absence de forme régulière : elle peut avoir de 6 à 9 bras, de longueur irrégulière. Les piquants sont longs, fins (d'où l'étymologie de son nom) et bien verticaux.

La couleur de cette étoile de mer d'une quinzaine de centimètres est aussi très variable : brun à bleu, en passant par le blanc ou le rouge !

Comme toutes les étoiles de mer,
Coscinasterias tenuispina n'a ni tête, ni dent, ni mâchoire, ni cerveau mais est tout de même un féroce prédateur Pour arriver jusqu'a ses proies, elle se déplace par reptation grâce à ses pieds locomoteurs à ventouses.
Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées France
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 08:14
Le mullus surmuletus (mullus du latin muleus = rouge)  ou surmulet ou rouget barbet (du latin barbatus = barbe) de roche est un poisson benthique (vit proche du fond)  qui se rencontre de la surface jusqu'à une centaine de mètres. Il vit généralement en groupe ou en couple.

Le rouget barbet de roche peut mesurer jusqu'à 40 centimètres. Son corps est allongé et son profile est oblique. Ses écailles sont rougeatres avec des bandes horizontales rouges et jaunes sur les côtés. Sa première nageoire dorsale est marquée par des bandes jaunes et brunes (mullus surmuletus se distingue de mullus barbatus grace  notamment à cette nageoire qui, sur ce dernier, n'est pas colorée).

Le rouget se caractérise par ses changements de couleur qui interviennent suivant son age, son humeur, la profondeur, son état de fraicheur. Cependant, sous l'eau, il ne faut pas chercher un poisson rouge ! Ce constat est repris dans le "bulletin de pharmacie" publié en 1813 quei nous apprend que "Les Romains avaient sous leurs tables de petits viviers ou l'on mettait ces surmulets ; on les voyait avec délice changer leurs vives couleurs en mourant, et on les cuisait sur-le-champ".

Le rouget barbet doit aussi son nom aux deux barbillons dont il se sert pour fouiller le sol à la recherche des petits vers et crustacés dont il se nourrit.
Son activité provoque des nuages de particules qui attirent souvent de petites girelles.
Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées France
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 08:37
Le musée des confluences de Lyon, en partenariat avec le  CNRS, propose dans le cadre de la 17e édition de la fête de la science, une exposition de photographies à ciel ouvert sur les grilles de l'hôtel du département.

Pour voir les photographies présentées et plus encore, c'est ici, (banque d'images du CNRS).






"Un plongeur scientifique et son appareil photo sous-marin en surface, Terre Adélie, Antarctique."
Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Périples France
commenter cet article
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 19:48
Stenopus spinosus (Steno du grec stenos = étroit  et pus de pous podos = pied ; spinosus = épineux) est une crevette cavernicole qui peut mesurer jusqu'à 7,5 cm de long et qui vit entre 1 et 700 mètres. Dans la journée, on  la rencontre dans les grottes et les fissures rocheuses.

On la reconnait facilement avec sa carapace  orange couverte de petites épines et ses grandes antennes blanches. Elle possède en outre de s longues pattes fines (ici elles ont été arrachées ??) et deux petites pinces.

On trouve
Stenopus spinosus du sud-ouest du Portugal à l'Afrique de l'Ouest tropical, aux Açores, à Madère, aux îles Canaries, et dans toute la Méditerranée. Il existe environ 14 espèces du genre Stenopus.


Repost 0
Published by Apolline1973 - dans Plongées France
commenter cet article